Printemps

A mesure que les jours s’allongent, mes angoisses prennent le même chemin.

J’arrive à un carrefour dans ma thérapie. Ce moment que Psy appelle « la reprogrammation de cerveau ». On a défini que j’avais subi un trouble de l’attachement enfant, on en a balisé les conséquences. Néfastes les conséquences bien-sûr. Je suis persuadée de ne pas mériter que l’on m’aime. Que je suis une chose insignifiante. (Oui une chose).

Une fois que tout cela est posé, tu crois que c’est fini? Et bien, non! On passe à la réfection du bitume. On retourne au point de départ, on choisit une figure sécurisante et stable (challenge!) et on refait le chemin. Après, à toi l’autoroute!

Sauf que…. Sauf que là, j’ai bien mon gravier, mon asphalte, la machine pour tasser, bref la parfaite panoplie pour repartir cheveux au vent.

Mais j’ai PEUR. Une peur abyssale. Car je vais être réparée. Je vais fonctionner différemment. Et j’ignore celle que je deviendrais.

Mes tactiques d’esquives, de dénis, d’auto destruction : pfuit du balai! Mais comment vais-je faire?

Je vois déjà les amorces du changement. Je commence à me respecter, donc je veux qu’on me respecte. Je commence à m’aimer donc je veux qu’on m’aime positivement. Plus de rabais. C’est un apprentissage quotidien de s’aimer.

Ce sont des problèmes de luxe. Je connais ma chance d’avoir le temps de me réparer et de bien faire les choses. Mais tu ne peux pas imaginer la force que ça demande. Se regarder dans une glace et se dire des choses gentilles. Se regarder dans une glace et se dire « plus jamais ». Le silence qui m’entoure facilite cette mise en perspective car rien ne me distrait de ce travail. Et crois moi, c’est souvent cruel. Et cette fâcheuse manie de me déprécier, me rendre inexistante et inaudible est bien tentante.

Je suis une femme du printemps. Quel beau pied de nez, ce challenge de la renaissance.

Publicités

3 réflexions sur “Printemps

  1. Bonjour, je viens de découvrir votre blog en vous suivant sur Twitter. La reconstruction est lente, et il faut beaucoup de courage pour y arriver. C’est tellement plus facile de se laisser couler que de relever la tête… Votre post m’a beaucoup touchée et me parle vraiment. J’espère avoir votre courage, merci encore. Christine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s