Liberté, liberté chérie

Aujourd’hui, j’ai reçu un mail de Marie Laure Augry, médiatrice des rédactions de France 3, me demandant mon avis sur la liberté de la presse. (Madame Augry a un panel de guetteurs qu’elle sollicite tous les mois pour avoir leurs avis, leurs questions sur un thème lié à l’info. De ce point de départ, des invités, une émission mensuelle nait.  Il s’agit de votre télé et vous. Plus d’infos là http://blog.francetvinfo.fr/votre-tele-et-vous-le-blog/ )

Son mail a été la goutte d’eau à mon vase d’idées à ce sujet. Je reviens donc bloguer à ce vaste sujet.

Reporters sans frontières recensent pour 2015 24 journalistes tués (dont 8 en France), 158 emprisonnés et 176 net citoyens emprisonnés également. Nous ne sommes que début mai….

En 2015, on meurt encore et toujours de mort violente parce que l’on informe ces concitoyens, que l’on partage que l’on propage de l’information.

Le journalisme est selon moi un outil nécessaire et utile afin d’appréhender ce qui nous entoure. Il est un outil car on reste maître de ce que l’on entend, voit, lit. On a toujours la possibilité de croiser les sources, d’approfondir un sujet. J’ai ce vœu pieux que mes concitoyens prennent 2 minutes pour vérifier une info. Rester alerte, mais ne pas sombrer dans la défiance. Car je constate que la société dans laquelle je vis ne « croit » plus le journaliste. On veut les sources, les noms des rédacteurs, on suppose d’une couleur politique dans les lignes éditoriales, on suppute des accointances avec les hommes politiques, on critique le manque de fonds de forme ou de durée. Il y a une différence en être en alerte et chercher la petite bête, entre un débat constructif et un questionnement contre productif. En effet, on peut alors se demander si la constante remise en question du travail d’un journaliste ne va pas l’inciter à modérer ses propos ou à l’inverse de grossir le trait rendant ainsi ses propos peu fiables.

Il est utopique de penser que nous pouvons avoir des informations brutes, il est nécessaire qu’un filtre soit placé afin d’avoir des explications, une porte d’entrée sur un sujet auquel on aurait pas forcément pensé.

Seulement voilà en 2015, en France, dans une démocratie, un journaliste peut être assassiner. Car il aura été au bout de son idée, car il aura exprimé un point de vue, car il aura questionner les faits.

Ce constat m’angoisse car le journalisme est idéalement pour moi un travail synonyme de liberté. Cibler un journaliste c’est cibler le droit à l’information. On peut (on doit) questionner une information, mais pas cibler celui qui la transmet. On a le droit de ne pas être d’accord, de l’exprimer mais que cela soit en bonne intelligence!

Etre journaliste en 2015 de mon point de vue de téléspectatrice, lectrice voire auditrice, c’est devoir aller travailler en sachant que certaines informations vont amenées leurs lots d’insultes (les réseaux sociaux et leurs relatifs anonymats n’aident pas). C’est pour certaines rédactions être sous protection policière (la police donc l’Etat est obligé de protéger des personnes qui en informent d’autres!). C’est pour les femmes journalistes subir les remarques sexistes des personnes qu’elles vont interviewer.

C’est aussi devoir continuer d’informer, d’expliquer d’éduquer.

A nous citoyens éclairés de prendre le relais et de continuer inlassablement à communiquer, respecter, faire confiance, afin que l’obscurantisme qui flotte parfois ne s’installe pas durablement.

Que ceux qui sont morts en faisant leur travail ne le soient pas pour rien.

Plus d’infos sur le journalisme dans le monde là : http://www.rsf.org

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s